Création de mots
Shasha
Admin
avatar
Féminin
Messages : 598
Réputation Critique : 31
Date d'inscription : 16/05/2012
Age : 27
Localisation : Barranquilla, Colombie
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Création de mots   Mer 29 Oct 2014 - 1:05

Créer des mots lors de l'écriture d'un roman est assez courant, surtout lorsqu'il s'agit de fantasy ou de science-fiction, où les nouveaux concepts/objets abondent. Parfois, il s'agit même de langues entièrement créées par les auteurs.

Il est, de ce fait, parfois difficile de créer un ensemble de mots cohérents qui ne donnent pas l'impression d'avoir été obtenus en tapant aléatoirement sur son clavier.

C'est pourquoi je vous présente ici les différents processus de création de mots en français (mais communs à plusieurs autres langues) desquels vous pouvez vous inspirer.


Déjà, sachez qu'il existe trois types de néologie : la néologie sémantique, la néologie formelle et la néologie par emprunt. Je vous donnerai à continuation de brèves explications ainsi qu'une application possible pour un univers fantasy.


La néologie sémantique

La néologie sémantique, c'est quand un mot change de sens (en conservant ou non l'ancien). Cela peut être dû à l'évolution naturelle de la langue, ou à une nécessité créée par l'apparition d'un concept nouveau.
Pensez, par exemple, aux fenêtres des ordinateurs, ou aux tablettes. Les deux sont loin de leur sens d'origine  wink

Un univers fantasy (ou SF) peut avoir tout à gagner à limiter le nombre de mots étranges qui souvent manquent de cohérence.
Prenons le cas d'un personnage qui est capable de sentir venir le danger, faculté qui est répandue parmi les gens du peuple. L'auteur peut décider d'appeler cette faculté Zblerf, ou il peut prendre un mot déjà existant, comme instinct, sens, etc. En rajoutant simplement une majuscule au mot choisi, le lecteur comprendra que le terme représente un autre concept que celui qu'il connaît, et l'intègrera plus facilement que Zblerf.


La néologie formelle

La néologie formelle est, comme son nom l'indique, la néologie qui touche à la forme des mots. Il en existe plusieurs types : la dérivation, la conversion et la composition..

La dérivation

C'est le fait d'ajouter un préfixe et/ou un suffixe à un mot. Par exemple décoller est un dérivé de coller, auquel on a ajouté le préfixe dé-.
C'est un processus de création extrêmement productif avec lequel vous pouvez vous amuser !

Mais ce à quoi il faut surtout faire attention, c'est de garder une certaine logique dans les affixes.
Si vous décidez par exemple de garder un système de semaine à sept jours, ce qui est le propre de l'Europe, vous constaterez que la plupart des langues européennes ont le même suffixe pour tous les jours de la semaine (en français il s'est transformé en préfixe pour dimanche, mais il est bien là.)
Il est donc cohérent, si vous vous basez sur ce système mais que vous souhaitez changer les mots, de choisir un suffixe et de s'y tenir.

La conversion

C'est le fait de faire passer un mot d'une catégorie grammaticale à une autre sans changer sa forme (ou, dans le cas des verbes, et rajoutant uniquement -er).
Il est souvent utilisé pour créer des verbes, comme par exemple le magasiner québécois.

Cela peut être très utile si vous créez un nouveau concept et que vous souhaitez en faire un verbe.
Si vous avez choisi de garder le Zblerf de tout à l'heure, vous pouvez tout à fait parler de zblerfer, par exemple.

La composition

Comme son nom l'indique, il s'agit du processus qui crée les mots composés. Il en existe plusieurs types.

La composition savante, c'est le fait de rajouter un préfixe ou un suffixe latin ou grec, comme dans égocentrique.

Cependant, les mots composés peuvent aussi être formés à partir de deux mots français (ou d'une autre langue), comme porte-clé.

Enfin, les plus sympa (non non, ce n'est pas du tout subjectif ^^ ), ce sont les mots-valises.
C'est le fait d'assembler deux mots dont un au moins est tronqué, comme le pianocktail (un piano qui fait des cocktails) de Boris Vian.
Le but des mots-valises, c'est que les sens des deux mots soient présents dans le mot final.

Avec la composition, vous pouvez assembler des mots français, des mots inventés, des mots français avec des mots inventés... Il y a de quoi faire !

La néologie par emprunt

Encore une fois, le concept est assez transparent. Il s'agit de prendre un terme d'une autre langue pour nommer un concept nouveau. Actuellement, il y a beaucoup d'emprunts qui viennent de l'anglais, surtout dans le domaine des nouvelles technologies, je ne vous ferai donc pas de liste.
Il est cependant utile de savoir que les emprunts font partie de la vie des langues, à moins qu'elles ne soient complètement isolées, et que les mots provenant de l'anglais sont loin d'être un nouvelle norme.
Saviez-vous par exemple que paquebot vient en fait de l'anglais packet boat ?

Appliqué à un roman fantasy, ce type de néologie peut être intéressant s'il existe plusieurs langues dans le roman en question.
Pensez aux lembas du Seigneur des Anneaux, terme elfique utilisé en langue commune pour décrire un objet... elfique, oui, vous avez bien suivi.

Le fait d'insérer des mots d'une langue qui est en contact avec la langue principale du roman peut donner plus de crédibilité à votre récit, pensez-y  wink



Voilà, c'est tout pour le moment. Ce ne sont évidemment pas les seuls processus de formation de mots, mais ce sont selon moi les plus productifs en ce qui concerne la littérature, surtout pour ce qui est fantasy et science-fiction.

Et n'oubliez pas que le plus important, c'est que l'ensemble reste cohérent !

_________________
Présence en pointillé encore quelques temps




Ma fiche de lecture ici.
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Théâtre : Le bruit des mots - Création 2011 - Romane
» Création de gifs animés
» Mots farfelus ? définitions farfelues...
» Création Perso Spé : Altaïr (Assassin's Creed)
» Création d'une parade imaginaire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-